keyboard_arrow_up
Jeux Olympiques de Tokyo
Kphotos - FFK
Brève
Publié le : 13/10/2018

Jour 2 / La marche en avant se poursuit

Les jours se suivent et se ressemblent pour les karatékas de l'équipe de France lors de cette "Tokyo - Premier League" . Présents dans quatre demi-finales hier au Japon, avec une seule finale à la clé, les tricolores ont cette fois ajouté "le petit quelque chose" évoqué hier par Yann Baillon pour convertir ces places dans le dernier carré en finales. Gwendoline Philippe (-61kg), Alizée Agier (-68kg) et Nancy Garcia (+68kg) disputeront l'or ce dimanche à Tokyo, alors qu'Ilyes Klouz (+84kg) visera le bronze après un parcours solide.

Philippe reçue cinq sur cinq

Gwendoline Philippe (-61kg) n’a pas le temps. Alignée sur cinq épreuves de Premier League lors de cette année 2018, la jeune combattante de 19 ans, avec cette nouvelle finale à Tokyo, pourra se targuer d’être montée à chaque fois sur le podium. Une performance majuscule comme sa prestation de ce samedi à Tokyo. La française, dans un tableau difficile, a dominé deux championnes d’Europe, la croate Lenard au premier tour par 3/1 et la serbe Prekovic en demie sur le score de 5/0. Entre ces deux combats, Gwendoline est parvenue, aussi et surtout, à maitriser la multiple médaillée européenne Merve Coban. C’est finalement au second tour, contre la kosovare Adelina Rama, que la native de Brignoles sur Cèze a connu le plus de difficultés puisqu’elle passe au Senshu (3/3). Ce dimanche, elle affrontera Alexandra Grande, la fille en forme de ce début de saison dans cette catégorie des -61kg. Elle avait d’ailleurs dominé la championne du Monde Junior et Espoir, à Berlin il y a un mois, lors d’une demi-finale à sens unique. Gwendoline Philippe aura l’occasion de réagir, alors que les mondiaux se profilent à l’horizon.

Agier, relance la machine

Kphotos - FFK

Victorieuse à Paris puis Dubaï en début d’année, Alizée Agier (-68kg) était ensuite un peu retombée dans l’anonymat suite à des prestations en dent de scie et à une contre-performance lors des championnats d’Europe à Novi-Sad. A Berlin, il y a un mois, elle s’était faite sortir au premier tour mais ses prestations en repêchages laissaient présager d’un avenir plus joyeux. Il n’aura pas fallu attendre trop longtemps puisqu’Alizée Agier va regoûter aux joies d’une finale en Premier League ce dimanche au Japon. En gagnant 6/1 au premier tour face à la japonaise Suzuki, Alizée n’a pas douté et est passée aux drapeaux au tour suivant contre l’américaine Murphy, avant de dominer en quart de finale la danoise Pedersen (3/0). Troisième du dernier Euro, Silvia Semeraro se présentait devant la française en demi-finale mais c’est la championne du Monde 2014 qui avait le dernier mot en marquant un point décisif. La finale l’opposera à Elena Quirici, une adversaire qu’elle a l’habitude de rencontrer depuis les catégories espoirs.

Garcia, action-réaction

Nancy Garcia (+68kg) est la belle surprise de cette compétition. Passée totalement à travers à Berlin en s’inclinant au premier tour contre une adversaire à sa portée, la combattante d’Arles se retrouve en finale un mois après cet échec. Une belle réaction d’orgueil pour celle qui avait parfaitement lancé sa saison 2018 en se qualifiant pour la finale de l’Open Paris Karaté. Neuf mois plus tard, Nancy est de retour. Elle bat l’italienne Clio Ferracuti d’entrée (7/3) , alors que la transalpine restait sur des médailles d’argent à Berlin et de bronze à Istanbul, puis déroule contre Fabienne Kaufmann (2/0), l’Allemande Yilzirim (1/1) et la finlandaise Keinanen (1/0) en quart. En demi-finale, elle est opposée à la Bulgare Stubleva (2/0). Un tableau qui était à sa portée sur le papier et que la jeune membre du Pôle France - Karate 2020 n’a pas manqué de convertir en finale. Un sacré morceau l’attendra dimanche en la personne d’Ayumi Uekusa, championne du Monde en titre, qui tentera de faire le plein de confiance à domicile avant d’aller défendre son titre dans trois semaines à Madrid. Nancy, elle, n'aura rien à perdre !

Klouz, la montée en puissance

Le combattant de Puteaux, Ilyes Klouz (+84kg), avait montré de bons signaux à Berlin mais, surpris au second tour sur une erreur d'attention, s’était fait sortir. A Tokyo, celui qui sera alignée en équipe los des mondiaux en Espagne, a fait preuve de beaucoup de panache. Après deux succès, il est arrêté en quart de finale par l'expérimenté Gogita Arkania par le plus petit des écarts. Ce dernier se qualifiant pour la finale, il permet à Ilyes de prétendre à disputer la "petite finale" chez les lourds. Face à Slobodan Bitevic, champion d'Europe 2015, le français ne se démonte pas et inflige un 7/0 au serbe, synonyme de combat pour le bronze dimanche contre le Biélorusse Vlochidts. 

Consultez les résultats des autres français engagés sur cette seconde journée de compétition, sur notre page dédiée à l'événement : Tokyo - Premier League


Les finales de cette seconde journée

Kata Masculin Individuel : Ryo Kiyuna (Jap) /  Kazumasa Moto (Jap)
Combat Feminine -61kg : Gwendoline Philippe (Fra) / Alexandra Grande (Per)
Combat Féminine -68kg :  Alizée Agier (Fra) / Elena Quirici (Sui)
Combat Féminine +68kg : Nancy Garcia (Fra) / Ayumi Uekusa (Jap)
Combat Masculin -84kg :  Ugur Aktas (Tur) / Rikito Shimadar (Jap)
Combat Masculin +84kg : Gogita Arkania (Geo) / Hideyoshi Kagawa (Jap)
Kata Fémine Equipe : JKF 1 (Jap) / JKF 2 (Jap)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies