keyboard_arrow_up
Jeux Olympiques de Tokyo
Denis Boulanger - FFK
Brève
Publié le : 09/11/2018

Equipe masculine combat : une défaite en seizième de finale

Mené par deux victoires, le jeune collectif masculin français revenait face à l'Ukraine, mais le KO de Chobotar condamnait cet espoir. La France s'incline au premier tour et n'est pas repêchée.

1er tour : sanction ukrainienne
C’était un premier tour bien difficile. Entrer dans une compétition mondiale par l’équipe d’Ukraine, deux fois médaillée au niveau continental en 2017 et 2018, c’était un vrai défi pour une équipe rajeunie comme l’est l’équipe de France.

C’est l’Abbevillois Lou Lebrun, vice champion du monde universitaires cet été à Kobe, au Japon, qui ouvrait le bal face au -84kg Kostiantyn Tsymbal, soutier de cette forte équipe de l’Est. Au physique et à l’expérience, l’Ukrainien s’imposait de deux points à Lebrun. La perspective était inversée au tour suivant puisque, pour la France, c’était le costaud Ilyes Klouz, +84kg qui s’avançait face à un adversaire d’un gabarit moindre. Sauf qu’il s’agissait de la star de l’équipe, le médaillé mondial (2014) et européen, sur le podium des deux dernières éditions, le -75kg Stanislav Horuna. Avec son allonge, le jeune Français commençait bien, avec une belle attaque au visage dans les dix premières secondes. « Attention à sa jambe ! », prévenait Ludovic Cacheux sur sa chaise en voyant l’expérimenté Ukrainien serrer son adversaire. C’est pourtant une jambe qui partait au corps et qui permettait au champion ukrainien de prendre le dessus. Klouz revenait avec une nouvelle belle attaque au visage, mais la dernière minute allait lui être défavorable. Parfaitement réglé, Horuna pressait et prenait son adversaire en contre, une fois, deux fois… pour finir à 6-2 sur un dernier contre de ura-mawashi.

Menée 2-0, dos au mur, la France sortait l’arme explosive Da Costa, le -84kg Jessie. Face à lui, Andriy Toroshanko, tout juste sorti des espoirs avec une médaille de bronze mondiale et vainqueur en mars du Serie A d’Autriche. Le Français marquait le premier point d’un combat heurté avec beaucoup de corps-à-corps et de saisies côté ukrainien. Fallait-il tenter de rependre des points ? De conserver la victoire ? C’est finalement sur ce score qui ramenait la France dans le sillage que les deux combattants se quittaient.

Victoire encore impérative au tour suivant, mais Marvin Garin donnait confiance. Pilier du groupe France depuis des années, il avait déjà connu ce genre de situation. Face à lui, Valerii Chobotar, trois podiums en 2017, une victoire au Serie A d’Espagne et une médaille de bronze au Premier League de Dubai cette année… et surtout en finale de ces championnats du monde en -84kg. Du solide. C’est d’ailleurs lui qui marquait le premier point, grâce à la vidéo, dans les trente premières secondes. À l’entrée de la dernière minute, les deux hommes échangeaient une série de frappes aux poings et dans le dégagement, la jambe avant de Garin partait au visage. Un mawashi au feeling superbe… sauf que Chobotar s’écroulait et, compté, ne se relevait pas. Le coup un peu trop appuyé avait cueilli l’Ukrainien à la mâchoire et sa chute ne laissait aucun doute sur le KO. Disqualification cruelle, mais légitime qui envoyait l’Ukraine au second tour, sans Valerii Chobotar.

Le groupe France n’allait pas être repêché dans ce tableau. C’est en effet l’excellent collectif égyptien, frustré de finales en individuels, qui sortait une Ukraine affaiblie au tour suivant. Là encore, le combat décisif allait se terminer sur un KO impressionnant. Et c’était Stanislav Horuna qui en faisait les frais. Sur une action confuse, il prenait un terrible coup de genou au visage, qui le faisait tomber. Là encore, il ne pouvait guère y avoir de doute sur la situation. Il faisait l’effort de se relever, mais c’est lui qui était déclaré perdant pour s’être mis en danger. Défaite de l’Ukraine 2-3 sur ce jugement, qui condamnait aussi la France.

 

Denis Boulanger - FFK
Galerie Photo - Equipe Masculine Homme
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies