keyboard_arrow_up
Jeux Olympiques de Tokyo
Denis Boulanger - FFK
Brève
Publié le : 10/11/2018

Steven Da Costa champion du monde

À vingt et un an, Steven Da Costa est champion du monde à l'issue d'un combat d'anthologie. Du grand art !

Quelle finale ! Etouffante, stressante, insupportable et merveilleuse finale, forcément insupportable parce que le Brésilien Vinicius Figuiera menait les débats par deux fois, et par deux coups de pied - les nerfs français étaient soumis à très rude épreuve - forcément merveilleuse puisque gagnée par l’ancien Petit Prince du karaté français, devenu Roi du Monde, Steven Da Costa.

Le Brésilien Figuiera, ancien médaillé mondial en 2014, était un homme en forme. Champion des pan-américain et deuxième à Berlin, il avait dominé, entre autres en tableau, l’excellent Hongrois médaillé mondial Yves-Martial Tadissi et le nouveau cador égyptien, Ali Elsawi. Un très redoutable adversaire. Et le départ du combat était catastrophique. Alors qu’il s’efforçait d’avancer sur l’adversaire, Steven Da Costa se couvrait trop tard pour échapper à un mawashi en contre en sortie de contact. Il mettait mené trois à zéro au bout de quelques secondes ! Mais, dans la minute suivante, alors que le Brésilien était tenté de gérer, le jeune Français le martyrisait sur deux petits balayages subtils de la jambe avant, déséquilibre à droite, déséquilibre à gauche et l’atémi pour finir ! Énorme. Mais on avait à peine le temps de se réjouir que Vinicius Figuiera reprenait le dessus en glissant une frappe au corps sous la protection dûment placée du Français. Et il restait encore deux minutes de combat. Cette fois, il fallait serrer le jeu. Steven Da Costa et son adversaire allait se chercher mutuellement, se saisissant, se repoussant pour des décalages vifs et déterminés. Et c’est le pied à tête chercheuse de Steven Da Costa qui allait chercher un ura-mawashi impossible juste sur l’occiput du Brésilien. À 6-5 et après de telles émotions, il était temps de bâcher le chef-d’œuvre pour que plus personne n’y touche. Steven Da Costa s’en acquitait avec lucidité dans les quatre-vingt secondes suivantes. Le gong. Les bras au ciel et les cris amis montant des tribunes au loin. Il est champion du monde.

Denis Boulanger - FFK

La victoire de Steven et sa réaction

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies