keyboard_arrow_up
Jeux Olympiques de Tokyo
Denis Boulanger - FFK
Brève
Publié le : 26/03/2019

Guadalajara ? Un tournant dans leur jeune carrière !

Le « Pabellón Multiusos de Guadalajara » et ses 5 000 sièges colorés risque de rappeler quelques beaux moments à certains athlètes de l’équipe de France qui seront alignés, à partir de jeudi, aux championnats d’Europe seniors de karaté. En effet, dix des vingt-deux karatékas sélectionnés pour cette édition continentale avaient déjà foulé les tatamis de cette ville située à l’est de Madrid, en 2013, lors des championnats du Monde cadets, juniors et espoirs. Témoignages de quelques athlètes concernés.

« La salle est assez grande avec des sièges colorés et un public proche des tatamis dans la configuration à 6 tatamis. » se souvient Marvin Garin, champion du Monde Espoir en 2013. « A voir ce que cela donnera avec 4 surfaces en ligne. D’un point de vue sportif, après mes deux premiers tous où je gagne avec des petits scores, Ludovic Cacheux me prend à part pour me réveiller car il sent que je ne suis pas libéré et que je risque de passer à la trappe face à mon prochain adversaire. Ensuite je mets un 8/0 en 30 secondes. L’effet a été positif (rires). En demi-finale contre le hongrois, je suis bien fatigué car au tour précédent j’ai laissé beaucoup de jus face à un Espagnol qui combattait chez lui. Je mène tout le combat sans fléchir et je me qualifie pour la finale. En sortant de cette opposition, je m’effondre totalement, je pleure car j’avais tellement travaillé pour cet objectif. En finale, je bats le champion d’Europe en titre 7/0 … plus de pleurs, c’est uniquement de la joie ! Sur le podium, ils mettent un autre hymne que la Marseillaise (rires) … Cette compétition restera gravée à vie dans ma mémoire. »

Denis Boulanger - FFK
" Sur le podium, ils mettent un autre hymne que la marseillaise "

Bon souvenir également pour Enzo Montarello, le marseillais qui se remémore pour nous sa belle médaille d’argent acquise lors de l’épreuve espoirs. « Guadalajara, c’est un super souvenir avec cette finale mondiale en individuel. La journée se déroule très bien car je remporte tous mes tours sur le score de 5/0. Je me souviens que nous avions ouvert la compétition le premier jour et que tout le groupe France était dans les gradins pour me soutenir. Ils étaient au bord de mon tatami pour me soutenir et ça restera un souvenir inoubliable. En finale, je m’incline sur le japonais par trois drapeaux à deux. Forcément frustrant d’autant plus que d’après de nombreux témoignages je méritais la victoire. Après ça se joue à un drapeau … ça reste tout de même un super souvenir que je ne suis pas près d’oublier. » En kata toujours, Kewin Ngoan s’était incliné en quart de finale de la compétition. « Ma défaite 2/3 contre l’égyptien me reste en travers de la gorge car ensuite il perd en demi-finale face au Japonais Yuhei Horuba. Cependant, avec le recul cela restait un quart de finale des championnats du Monde ce qui n’est pas rien non plus. Par la suite, sur les championnats d’Europe, je suis parvenu à aller chercher le bronze grâce à l’expérience acquise en Espagne », explique celui qui sera engagé avec son jeu frère Franck, en équipe lors de cette épreuve continentale.

Denis Boulanger - FFK
" Je me suis dit : pourquoi pas ?! "

Leïla Heurtault, qui avait remporté son premier titre international majeur en Espagne à l’occasion de ces mondiaux espoirs, accompagnera l’équipe féminine combat sur ce championnat en tant que capitaine de route. En convalescence après sa blessure survenue à Dubaï, la mancelle est forfait pour cet Euro, elle qui avait porté le quatuor féminin jusqu’à la victoire finale à Madrid en Novembre dernier. « J’avais déjà été sélectionnée sur plusieurs championnats d’Europe auparavant où je n’avais pas été performante et je dispute en Espagne mes premiers mondiaux. Dans la salle d’échauffement, je me rappelle que les finales s’enchainent pour les français : une finale, deux, trois, quatre …  A ce moment, je me dis que je n’ai pas encore fait un podium international, que mes coéquipiers enchainent les finales et que forcément la série va s’arrêter … et que ça va tomber sur moi. Dans ma tête, je me dis que je n’avais rien à perde, que la probabilité que je m’incline est grande. En salle d’échauffement, je vois Marvin, qui est comme un lion en cage. Il était super bon. Je me suis calqué sur lui au départ en me prenant au jeu. Le premier combat se passe bien et je me dis alors pourquoi pas. Les tours s’enchainent et je vais en finale jusqu’à la victoire. Cette victoire m’a totalement libéré pour la suite. Je gérais mal la pression à l’époque et là le fait de me dire « de toute façon je vais perdre » … j’ai totalement relâché la pression et je me suis prise au jeu en me lâchant sur le tatami. J’ai retrouvé cela sur les autres championnats en transformant cette pression en véritable atout. »

Denis Boulanger - FFK

Sa coéquipière en équipe de France combat, Léa Avazeri, a forcément un souvenir plus nuancé de sa première compétition avec l’équipe de France alors qu’elle n’était encore que cadette. « J’étais tellement impressionnée que le stress a totalement pris le dessus. Je perds au premier tour sur disqualification alors que je menais pourtant 6/0. Cette défaite m’a marqué dans le bon sens du terme car cette mésaventure ne m’est plus arrivée par la suite. Guadalajara c’est un mauvais souvenir pour moi et je vais y aller avec l’envie de l’effacer avec l’équipe. » La championne tricolore, aujourd’hui âgée de 20 ans s’est ensuite adjugée cinq titres continentaux en cadette, junior et espoir et est devenue en novembre 2017, championne du Monde des -21 ans … comme quoi !

Denis Boulanger - FFK
" Ce jour là, je n'étais pas prête à échouer "

Une autre championne actuelle se souviendra longtemps de sa première aventure internationale avec l’équipe de France. Gwendoline Philippe qui venait tout juste de fêter ses 14 ans était alors la benjamine de l’équipe. « C’était quelque chose de juste grandiose. J’étais très impressionnée par l’événement, et par le fait d’être entourée par les « grands de l’équipe de France » à l’époque, il s’agissait d’Emily Thouy, Alizée Agier ou encore Steven Da Costa. J’avais gagné toutes les compétitions nationales et internationales auxquelles j’avais participé les années qui ont précédé ces mondiaux. Je n’étais vraiment pas prête à échouer, ce n’était pas envisageable pour moi. Mais mon parcours s’est malheureusement stopper en quart de finale ce jour-là. Une très grande désillusion... Je me souviendrai toute ma vie de ce jour parce qu’au moment précis où le combat se termine, j’ai l’impression que le monde entier s’écroule sur ma tête. J’ai vraiment eu beaucoup de mal à m’en remettre .... Dans les jours qui ont suivis, le staff de l’équipe de France nous avait organisé une petite fête entre nous avec de la musique … tout le monde chantait, dansait et puis il y avait moi, qui pleurait dans mon coin. Maintenant, quand j’y repense je suis certaine d’avoir échoué parce que je n’étais pas prête à prendre le risque de perdre ! Je me souviens d’ailleurs que durant la préparation, nous faisions des exercices où il fallait crier le plus fort possible « Champion du monde ». Je n’osais pas à l’époque. J’étais super timide, mais à refaire je crierai plus fort que tout le monde ! Comment vouloir être champion du monde alors qu’on arrive même pas à se le dire et à le dire aux autres ! » Depuis cette première, Gwendoline Philippe a remporté le titre mondial junior 2015 à Jakarta et le titre mondial espoir 2017 à Santa Cruz de Tenerife.

Denis Boulanger - FFK

Les résultats des athlètes engagés en 2013 et 2019

Marvin Garin (-67kg) - Champion du Monde espoir
Leïla Heurtault (-60kg) - Championne du Monde Espoir
Steven Da Costa (-68kg) - Champion du Monde Junior
Emily Thouy (-53kg) - Vice-Championne du Monde Espoir
Alizée Agier (+60kg) - Vice-Championne du Monde Espoir
Enzo Montarello (kata Homme) - Vice-Champion du Monde Espoir

Gwendoline Philippe (Cadette) / Léa Avazeri (Cadette) / Maxime Relifox (Cadet) / Jessie Da Costa (Junior) / Kewin Ngoan (Junior)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies