keyboard_arrow_up
Jeux Olympiques de Tokyo
Denis Boulanger - FFK
Brève
Publié le : 29/03/2019

Jour 2 / Une journée compliquée

Les épreuves par équipes de cette seconde journée de compétition n'ont pas souri à l'équipe de France. Aucune nouvelle chance de médaille pour les tricolores lors de ces championnats d'Europe de Karaté seniors.

En Kata, les frères NGoan, Franck et Kewin, accompagnés de Loick Tranier pensaient tenir leur place pour la petite finale mais l’extra-match qui les a opposé aux serbes lors du second tour n’a pas été en leur faveur. Une erreur sur la réception du saut sur Enpi a annihilé les espoirs de médaille et les jeunes français, qui disputaient leur premier championnat majeur, risquent de repartir frustrés de cette expérience. Au premier tour, ils s’étaient classés au troisième rang, dominés par la Turquie et la Russie

Denis Boulanger - FFK

En combat masculin, la France alignait une équipe mixte, faite de combattants expérimentés et de jeunes prometteurs ... mais la mayonnaise n’a pas pris. Si ils se sont logiquement qualifiés au premier tour contre la Belgique (3/1) avec un beau succès de Logan Da Costa (8/0), offensif et inspiré, la suite a été plus compliquée. Face à cinq croates longilignes et mené par son champion du Monde Kvesic (-84kg), la France n’a pas fait illusion. Jessie Da Costa n’a rien pu faire face à la précision du champion du Monde, puis Ilyes Klouz, alors qu’il menait, s’est fait dépasser par son adversaire. Logan Da Costa avait la difficile tâche d’inverser la tendance mais il était cueillit d’entrée par une technique de jambe au visage. Malgré son abnégation pour revenir au score, rien n’y faisait et son adversaire creusait l’écart. La France était éliminée sèchement de ce championnat par 0/3 et n’était pas repêchée, suite à la défaite de leurs adversaires face à la Turquie d’Aktas, Eltemur et Uygur. 

Denis Boulanger - FFK

Les féminines représentaient la dernière chance de médaille lors de cette seconde journée de compétition. La République Tchèque était leur première adversaire. Les filles se qualifiaient sans trembler, bien emmenées par la victoire 9/1 d’Alizee Agier, sur la lancée de son parcours de la veille. Laura Sivert terminait le travail avec une victoire 3/0. En huitième de finale, la France retrouvait sur son chemin l’Espagne de Ferrer, Palacio et Vizcaino. Même composition qu’au premier tour pour la France, avec Alizée Agier pour débuter. La Bourguignonne se faisait malmener par Ferrer et s’inclinait 0/2. La pression était alors sur les épaules de Laura Sivert. Menée 0/1 par Vizcaino, la combattante de Besançon parvenait à faire son retard et à gagner le combat grâce à son Ura Mawashi (3/1). Égalité parfaite. Léa Avazeri, pour son premier combat du championnat, devait faire la différence contre Laura Palacio en pleine bourre suite à sa qualification hier pour la finale des +68kg. Dans un combat serré, et alors que les deux combattantes étaient sanctionnées par trois pénalités pour non-combativité, la marseillaise prenait l’avantage à une minute de la fin (1/0). La France allait se qualifier pour le tour suivant quand à quinze secondes de la fin, l’espagnole tombait et emportait la Française ... qui mettait la main à l’extérieure de la surface ! Pénalité. Disqualification. Élimination. Les françaises n’en revenaient pas ... les espagnoles non plus, surprises par ce coup du sort en leur faveur. La France ne pourra même pas espérer une médaille, les ibériques ayant été sorties par la Turquie en demi-finale. Cruel. 

Denis Boulanger - FFK
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies