keyboard_arrow_up
Jeux Olympiques de Tokyo
Brève
Publié le : 04/04/2019

Y.Baillon : "Les trois titres, une véritable satisfaction"

L'équipe de France de karaté est montée sur la troisième marche du podium des nations lors de cette 54è édition des championnats d'Europe seniors. Yann Baillon, le directeur des équipes de France, fait le point sur cette épreuve internationale et se projette déjà sur la Premier League à Rabat, du 19 au 21 avril.

Quel bilan tires-tu des ces championnats d' Europe ?

Il est plutôt positif car d’un point de vue comptable nous terminons au troisième rang des nations … nous gagnons une place par rapport à l’an passé et nous figurons de nouveau dans le trio de tête. Nous avions deux médailles d’or à Novi Sad en 2018 et nous revenons d’Espagne avec trois titres. C'est bien. Le comportement et l’attitude des athlètes sur le tatami sont également satisfaisants au niveau individuel et ces trois médailles d’or acquises en trois finales viennent le démontrer. Nous réalisons un cent pour cent à ce niveau-là, ce qui peut marquer les esprits des autres nations.

Avec Ayoub Neghliz, nous sommes satisfaits de l’attitude des techniciens avec une médaille de bronze pour Alexandra Feracci et une cinquième place pour Enzo Montarello. Alexandra s’installe dans le top niveau mondial (5è à Madrid) et européen (3è à Guadalajara). Pour Enzo Montarello, on constate une progression. Nous sommes satisfaits d’avoir pu le voir faire Sansai sur une place de trois. Certes il la perd, mais c’est important d’être présent sur les phases finales, sur un seul tatami, devant tout le public et les juges … sa prestation le fait progresser, le fait connaître ! Nous attendions un signe de sa part, nous l'avons, mais il doit encore franchir un nouveau cap.

K-Photos / FFK

Nous imaginons également qu’il y a quelques déceptions ?

La déception vient de tous ceux qui n’ont pas pu être médaillés. Certains ont bien tourné en Karate 1 en faisant une bonne année 2018 et un bon lancement en 2019 … mais ils se plantent sur cette épreuve. Un championnat d’Europe c’est une compétition majeure, et une compétition majeure ça engendre beaucoup de pression psychologique. Cette pression on voit que les plus jeunes ont plus de mal à la négocier.

Grosse déception également pour les équipes. A titre personnel, je suis déçu du manque de rigueur, de détermination ... il y avait ce qu’il fallait dans la composition des équipes pour faire beaucoup mieux. Chez les garçons, quand on voit la finale des turcs face aux serbes, quand on voit le podium, les turcs avec une équipe à 50% renouvelée, les serbes que l’on a quasiment jamais vus à ce niveau, qui se permettent de mettre leur numéro 1 Slobodan Bitevic en dehors du groupe, les espagnols, qui sans leur manquer de respect ont toujours été loin dans la hiérarchie européenne ces dernières années … Il y avait un coup à jouer ! Nous sommes déçus de l’attitude, de ce qu’ils ont montré sur le tatami. Je m’interroge, nous nous interrogeons avec le staff. Les filles, avaient sur le papier une équipe très forte également même si elle était différente des mondiaux ... il y a eu un manque de rigueur, un manque de détermination sur les équipes et ce n’est pas normal. Nous allons nous poser les bonnes questions pour les équipes en combat. 

Avant le début de la compétition, tu aurais signé pour ces trois titres, non ?

Honnêtement, même avec deux titres j’aurais signé ! Donc trois titres, je ne vais pas me cacher, c’est très bien. Après il y a Gwendoline Philippe qui fait un super début d’année et qui passe à côté, idem pour Mehdi Filali. Il y a Steven qui confirme, Alizée qui est dans la régularité. D’ailleurs ça me fait plaisir pour elle car ça faisait longtemps qu’elle n’avait pas remporté un titre sur une compétition majeure. Son émotion sur le podium représente beaucoup ! Et puis Sophia .. un énorme coup de chapeau à Sophia qui est une fille qui mentalement est très forte. Si tous les athlètes avaient ses qualités psychologiques ... Nous ne lui avons pas fait de cadeau sur les sélections, nous lui avons dit les choses en face, même si ça pouvait être difficile à accepter pour elle ... à la place de s’apitoyer sur son sort, elle s’est dit : « Je vais leur montrer, je vais m’entraîner, je vais me remettre en question, c’est peut-être qu’ils ont un petit peu raison. »  Quand j’ai été la félicitée après son titre, elle m’a dit, au nom du staff : « merci de m’avoir fait confiance ». C’est quelqu’un qui cherche à avancer en permanence, une battante. Elle balaye le côté négatif, et regarde uniquement le côté positif. C’est la définition de la haute performance : chercher à franchir des paliers, à se remettre en question, à avoir un niveau de détermination hors du commun sur chaque compétition, être capable de déplacer des montages.

Sophia mérite d’être mise en avant car avec ses problèmes physiques (ndlr. : elle a été opérée de la hanche il y a trois ans et avait arrêté la compétition pendant une année complète) ... c’est elle qui montre la voie, qui montre l’état d’esprit qu’il faut pour gagner une compétition majeure. C’est un message pour tous les autres, ceux qui n’y sont pas parvenus ... quand on veut gagner, il faut un niveau de détermination hors du commun. C’est pour cela que nous allons la réintégrer au groupe France pour Rabat. Avec ce qu’elle a produit sur ce championnat, c’est impossible qu’elle ne soit pas avec nous. Ce n’est pas le résultat encore une fois qui nous fait la réintégrer pour cette Premier League au Maroc (19 au 21 avril). C’est son comportement, son attitude. Elle a montré à tout le monde qu’elle méritait cette place. 

 

K-Photos / FFK

Quels sont les prochains objectifs ?

De notre côté, il va falloir que l’on fasse le point car nous arrivons à une période charnière de la saison. De nombreuses choses ce sont passées au niveau du parcours olympique, des épreuves majeures viennent de se terminer avec les Monde et les Europe. Nous allons devoir faire le point. Certains athlètes vont être intégrés mais d’autres devront faire leur preuve à Rabat. On ne peut pas continuer avec des athlètes qui n’accumulent pas de victoires, ni de performances. Les cartes seront certainement redistribuées. Certains devront faire une performance à Rabat. S'ils n’y parviennent pas, il ne seront peut-être plus dans ce collectif. Les athlètes récupèrent cette semaine et dès lundi prochain tout le monde devra être à fond ! Les épreuves pour cette qualification olympique sont maintenant à 100% au niveau du coefficient de points. Nous entrons dans le vif du sujet. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies