keyboard_arrow_up
Jeux Olympiques de Tokyo
Brève
Publié le : 29/11/2019

L’état d’esprit qui fait la différence

Logan Da Costa en finale dimanche, son frère Steven pour le bronze

L’équipe de France avait quatre engagés aujourd’hui à Madrid lors de la première journée de ce dernier K1 Premier League de l’année. Si les deux Alexandra, Alexandra Feracci en kata, écartée dès le deuxième tour et Alexandra Recchia (-50kg) battue d’un cheveu par la bombe Ouzbèke Babaeva – qui s’invite en finale – n’auront pas l’occasion de briguer un podium dimanche, les garçons du jour ont montré une belle force de caractère. Et même ce petit plus dans lequel le staff de l’équipe de France peut trouver des satisfactions pour la suite de la compétition.

KPhotos

De quoi avoir le sourire, même courbaturé de partout à l’issue de cette journée marathon. « Cette catégorie est terrible, il n’y a vraiment aucun tour facile et je me suis vraiment concentré pour que chaque action soit bonne, pour que chaque combat soit pris comme une finale, explique l’aîné des Da Costa. Je suis épuisé, mais je suis content d’avoir trouvé cette intensité dans le combat, le bon état d’esprit dès le début. On fait un sport de combat pour ça et pour vivre ce genre de journée.» « Ce qui lui permet d’aller en finale dimanche, c’est l’intelligence qu’il a mise dans le combat, souligne pour sa part Yann Baillon, directeur des équipes de France. On connaît ses qualités de combattant, mais il a surpris, jusqu’à faire déjouer un Luigi Busa, parce qu’il ne s’est pas jeté systématiquement avec sa fougue et son esprit guerrier qui font aussi sa force mais qui, parfois, le desservent. Il a mis le curseur encore un peu plus haut.» Un bon message pour ceux et celles qui combattent demain ? « Les problématiques sont différentes selon les athlètes et les adversaires qui sont en face, mais sur l’intelligence de combat, c’est évidemment le chemin à suivre » acquiesce Yann Baillon. Une finale dimanche donc, mais aussi un combat pour la troisième place pour Steven Da Costa en -67kg. Battu par l’Iranien Mehdizadeh, le Français champion du monde à… Madrid il y a un an, a remporté ses deux tours de repêchages contre le Belge Oualad Haj Amar puis le Japonais Funahashi d’un superbe mawashi. « C’est ce qui est intéressant, c’est qu’il n’a pas lâché après avoir été sorti du tableau principal. Il a eu un peu de mal à trouver la distance aujourd’hui, à déclencher, mais il a serré les dents. C’est d’autant plus important que pas mal de concurrents directs ne seront pas sur le podium et vont perdre des points », analyse Yann Baillon.

Place, demain, au kata masculin avec Enzo Montarello, aux -61kg avec Gwendoline Philippe, aux -84kg avec Jessie Da Costa et Farouk Abdesselem, aux -68kg avec Alizée Agier, aux +84kg avec Medhi Filali, et aux +68kg en toute fin de journée avec Nancy Garcia et Anne-Laure Florentin.

KPhotos
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies