keyboard_arrow_up
Jeux Olympiques de Tokyo
Xavier Servolle / KPhotos
Brève
Publié le : 13/02/2020

À Dubaï, des points qui vaudront très cher

Après Paris, et avant Salzbourg et Rabat, puis les championnats d’Europe, l’élite du karaté mondial est déjà à Dubaï cette semaine pour aller chercher des points précieux à la standing olympique.

Côté tricolores, il y a six engagés sous la bannière équipe de France avec Alexandra Recchia (-50kg), Gwendoline Philippe (-61kg), Alizée Agier (-68kg), Steven Da Costa (-67kg), Logan Da Costa (-75kg) et Mehdi Filali (+84kg), auxquels viennent s’ajouter vingt-et-un combattant(e) s inscrit(e) s par leur club dont Leïla Heurtault (-61kg), Anne-Laure Florentin (+68kg), Yanis Lamotte (-67kg) et Dnylson Jacquet (+84kg), tous les quatre médaillés à Paris.

Yann Baillon, directeur des équipes sur place depuis quelques heures, sait que l’état d’esprit et l’envie, dans ce rythme de compétition effréné pour la qualification directe, feront forcément la différence : « C’est un enchaînement permanent avec un groupe qui est arrivé lundi de Paris alors que nous achevions les Europe cadets, juniors et espoirs à Budapest. Nous avons choisi de mettre tout de suite en place des entraînements avec beaucoup d’opposition. Nous ne négligeons pas le travail technico-tactique, mais cette intensité dans les jours qui précèdent l’événement permet de se rapprocher au plus près de la complexité des combats qui nous attendent, et oblige aussi à être dans l’adaptation pour répondre aux situations de combat en compétition ».

Après les sept médailles de Paris, l’enjeu est de continuer à aller chercher des points dans un Karate 1 Premier League qui donnera lieu à un coefficient 6 (comme les autres League 1 et les championnats continentaux), alors que le couperet du 6 avril pour la qualification directe est maintenant à J- 2 mois. Où en sont les Français ?

Deuxième à la standing des -67kg avec 7950 points (derrière le Kazakhstanais Assadilov à 9067,50 points), Steven Da Costa, brillant à Paris il y a près de trois semaines, fera évidemment office de leader. Son frère Logan, finaliste à Madrid et à Paris (pour 1500 points engrangés), est actuellement 13e au classement des -75kg, les cinq combattants qui le précèdent se retrouvant à portée de mawashi dans un mouchoir de poche. Cinquième à Paris, Mehdi Filali pointe, lui, au 13e rang également en +75kg à 3570 points, Dnylson Jacquet étant remonté à 16e place (2917,5 points) suite à ses finales à Madrid et à l’Open de Paris.
Chez les féminines, Alexandra Recchia n’a d’autre choix que de frapper très fort en -55kg (24e à 2685 points), alors que le duel pour une qualification directe se poursuit entre Gwendoline Philippe (5e avec 4740 points) et Leïla Heurtault (8e avec 4215 points). Enfin, Alizée Agier, 7e en +61kg mais en manque de points depuis sa finale à Tokyo en septembre et battue d’entrée à Paris, doit absolument performer aux Émirats, Anne-Laure Florentin n’ayant pas dit son dernier mot après son bronze parisien.

Enfin, en kata, Enzo Montarello (18e) est engagé par leur club.

Avec trois heures de décalage (en plus), les premières confrontations auront lieu à six heures du matin (heure de Paris). Une compétition à suivre ici et sur nos réseaux sociaux.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies