keyboard_arrow_up
Jeux Olympiques de Tokyo
KPhotos
Brève
Publié le : 27/02/2020

Premier League de Salzbourg - Le combat continue

Alexandra Recchia en première ligne ce week-end pour le Premier League d'Autriche

Steven Da Costa qualifié à l’issue du Premier League de Dubaï, le staff de l’équipe de France a décidé de n’envoyer que quatre représentants sous la bannière équipe de France ce week-end en Autriche : Alexandra Recchia (-50kg) et une jeune équipe kata masculine avec Hugo Poisson, Fabien Tran et Haron Weiss, dans une logique de long terme. 

Yann Baillon, directeur de l’équipe de France, explique ce choix alors que la standing olympique se termine le 6 avril : « Le très long parcours de sélection commence à laisser des traces. Il y a eu beaucoup de blessures à Dubaï et le niveau technique était très faible. On sent tous les combattants, y compris les étrangers, très fatigués. Nous avons donc fait le choix de laisser ceux qui ne sont pas encore qualifiés au repos dans la perspective du Premier League de Rabat, des championnats d’Europe et du TQO qui va arriver très vite aussi. C’est un choix stratégique pour reposer les corps mais aussi les têtes afin d’être performant sur les dernières échéances.» Pas de Logan Da Costa (actuel 11e à la standing en -75kg), pas non plus de Mehdi Filali (14e à la standing en +75kg), blessé à Dubaï et actuellement en soins, de Gwendoline Philippe (6e à la standing en -61kg), elle aussi durement blessée à un genou et qui a commencé son travail de renforcement musculaire pour jouer sa chance jusqu’au bout, ni d’Alizée Agier (10e à la standing en +61kg), mais Alexandra Recchia. Loin à la standing olympique des -55kg (22e), la double championne du monde individuelle est à Salzbourg depuis hier pour trouver du rythme dans la perspective du TQO.

« Je viens pour décrocher ma qualification pour le TQO. Je suis dans un état d’esprit positif après Dubaï où, si la médaille n’était pas là, j’ai battu deux filles en forme, l’Égyptienne et la Vénézuélienne. Je pense que je suis sur le bon chemin et j’ai besoin de cette compétition car, après ma longue période de blessure, contrairement à pas mal de compétiteurs, j’arrive avec beaucoup de jus et d’envie. Je suis sur ma fin de carrière et je dois désormais profiter de tout ce qui se présente à moi. Je vise une finale ce week-end et, pour y parvenir, je sais que je devrai être moi, c’est-à-dire agressive, ce qui m’a manqué aux Émirats où j’ai été trop attentiste face à la Marocaine qui était sur son rythme. J’ai envie de profiter et de m’exprimer, je sais pourquoi je suis là. » Un relâchement qui sera peut-être la clé pour une belle performance.

Il faudra aussi évidemment suivre de très près les dix-neuf engagés par leur club dont trois combattants bien placés à la standing : Leïla Heurtault (8e à la standing en -61kg), Dnylson Jacquet (15e à la standing en +75kg), tous deux du Samouraï 2000 Le Mans, et Farouk Abdesselem (16e à la standing en -75kg), du Club Arlésien Karaté Do.
 

Tous les Français engagés ici 

 

 

 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies