keyboard_arrow_up
Jeux Olympiques de Tokyo
Denis Boulanger / FFK
Brève
Publié le : 29/02/2020

Kenji Grillon pour le bronze

Le champion du monde 2012 disputera le bronze demain

Sans engagé sous la bannière équipe de France aujourd’hui, le staff tricolore avait tout de même un œil sur les neuf combattants et le technicien inscrits par leurs clubs lors de cette deuxième journée du Premier League de Salzbourg, en Autriche.

La plus attendue était évidemment Leïla Heurtault. En bronze à Paris, 5emondiale de la catégorie des -61kg et 8eà la standing olympique, et engagée par son club du Samouraï 2000, la Mancelle déclenchait d’abord la première contre Nathalie Williams (GBR), mais était battue dès son second tour par la Macédonienne Kovstovska, championne d’Europe cadettes 2015, 4-2 après avoir pourtant mené 2-1. Une compétition à oublier donc. Et ce sera malheureusement, à une exception près, le tarif pour les autres Français du jour. 

Enzo Montarello éliminé dès le premier tour d’une compétition kata à trente-neuf techniciens (dont Minh Dack), Farouk Abdesselem (-84kg), Nataele Flamand (-68kg), Nancy Garcia (+68kg), Anne-Laure Florentin (+68kg), Faadel Boussag (+84kg), étaient, eux aussi, battus d’entrée.

Salim Bendiab (+84kg), d’abord vainqueur du Croate Zivkovic (2-0), était ensuite marqué (3-0) dès le début de combat par l’expérimenté Iranien Ganjzadeh qui le tenait à distance jusqu’au bout, alors que Dnylson Jacquet, qui avait également un bon coup à jouer ce samedi pour aller prétendre à une médaille demain, battait d’abord le jeune Néerlandais Najdi (2-1), mais subissait le premier et le dernier point en toute fin de combat de l’Azerbaïdjanais Atamov, vice champion d’Europe 2018 (3-4).

Du coup, c’est un « ancien », Kenji Grillon, qui poussait le plus loin possible sa journée : un premier tour bien géré face à l’Ukrainien Tumakov (3-0), puis une belle attitude face à l’Azerbaïdjanais Hasanov pour l’emportér sur le fil 4-3 après avoir été mené 0-1, il était ensuite tout près de battre le champion du monde en titre, le Croate Ivan Kvesic. Menant 2-0, il prenait un mawashi dans les trois dernières secondes. 2-3, une déception mais il fallait vite rebondir pour aller gagner un combat de repêchages face à l’Espagnol Molina, bien géré 2-0, pour se donner le droit d’aller disputer un combat pour le bronze ce dimanche. 

« Cette défaite sur le fil en quarts, ça reste une déception surtout que s’il avait fait du 42, je ne l’aurais pas pris sur le menton son mawashi (rires), explique le champion du monde 2012 avec un grand sourire, celui d’un homme apaisé. Je suis surtout heureux de toutes ces sensations retrouvées aujourd’hui. Je me suis mis beaucoup de pression ces derniers mois avec les JO, j’ai fait de mauvais choix. Aujourd’hui, j’en suis loin, mais j’ai compris des choses, je suis bien dans ma peau, libéré, avec comme seul objectif de prendre du plaisir et de montrer que je ne lâche jamais. J’ai été tout en haut, j’ai connu des bas, je suis un jeune papa désormais et ce que je veux, c’est que l’on dise à la fin de ma carrière que j’étais un guerrier. Je peux encore gagner des médailles, à commencer par celle de demain. » Ce sera face à un combattant qu’il connaît très bien, l’Iranien Poorshab.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de partage via les boutons de réseaux sociaux.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies