keyboard_arrow_up
Jeux Olympiques de Tokyo
Denis Boulanger - FFK
Brève
Publié le : 11/03/2021

Des tests-matchs pour retrouver ses sensations

Sous la houlette du Directeur Technique National Gilles Cherdieu et du Directeur des Equipes de France Yann Baillon, des tests-matchs internationaux étaient organisés au Pôle France de Châtenay-Malabry samedi 6 et dimanche 7 mars. Un réel point de repère en vue des futures échéances.

L’attente est enfin terminée ! Après plus d’un an d’inactivité pour le haut-niveau français, les karatékas ont retrouvé le chemin des tatamis. Certes, ce n’était pas une compétition officielle mais toutes les conditions avaient été réunies pour leur offrir une reprise digne de ce nom. Le CREPS d’Île-de-France accueillait le temps d’un week-end une centaine d’athlètes dans le but de lancer une année 2021 qui s’annonce palpitante. L’organisation, structurée autour d’un protocole sanitaire strict (tests PCR 72h en amont et port du masque obligatoire pour les encadrants, entraîneurs et arbitres), avait mis en place pour l’occasion deux tatamis dans l’aire de compétition qu’une seule catégorie à la fois pouvait fouler.

Les coachs de l’Equipe de France avaient choisi de répartir les combattants dans les 8 catégories olympiques pour leur proposer le plus de combats possible. Au total, ce sont donc 12 nations représentées lors de cet « entraînement amical, mais de haut niveau, comme le décrit le Président de la FFK Francis Didier, qui aura permis aux combattants français de pouvoir se mesurer à leurs partenaires mais aussi à des étrangers ». En plus des athlètes seniors rôdés aux compétitions internationales, le choix avait été fait d’inviter également des karatékas juniors comme nous explique Ayoub Neghliz, entraineur national kata : « l’idée de ces confrontations était de mettre nos jeunes au contact des athlètes seniors pour leur permettre de franchir un cap dans le cadre de la préparation aux Championnats d’Europe jeune en août prochain ».

FFK

Des confirmations et des promesses en kata

Samedi matin et dimanche matin, les athlètes kata ouvraient le bal. En remportant respectivement chacune leur poule de 8 concurrentes puis leur demi-finale, Alexandra Feracci et Helvétia Taily s’affrontaient pour la première place en devançant les autrichiennes Kristina Wiennger et Funda Celo. C’est finalement la corse qui confirmait son statut de numéro une française en s’imposant devant sa cadette avec une note finale de 27.28. « Je suis très contente d’avoir pu affronter la numéro une Alexandra, raconte la réunionnaise. Cela me donne encore plus d’envie et de motivation pour la suite de la saison ».

Du côté des hommes, dans un tournoi 100% français, c’est Jonathan Maruani qui s’imposait (27.36) devant Franck Ngoan (26.80) dans une finale très relevée. La bonne surprise du week-end était à mettre au crédit de Lucas Hoffman qui, à bientôt 16 ans, impressionnait par sa précision et sa détermination. Coaché par Ahmed Zemouri, le jeune francilien échouait aux portes du podium avec une note finale de 25.86.

Denis Boulanger - FFK

Les étrangères à la fête, les Françaises en retrait

En combat, les françaises se sont moins illustrées qu’à l’accoutumée. En effet, après plusieurs forfaits de dernière minute, seule Léa Avazeri en +61kg atteignait la finale et l’emportait devant la norvégienne Andrine Hilton. Ces tests-matchs lui auront permis d’être rassurée sur son état physique : « j’aurais pu tenter plus de choses mais je suis heureuse d’avoir gagné » note-t-elle.

Dans les autres catégories, la logique était respectée en -55kg avec la victoire de Dorota Banaszczyk, championne du monde de sa catégorie. De retour après un an de blessure, Sabrina Ouihaddadene, faisait forte impression pour se hisser jusqu’en demi-finale. C’est une simple erreur d’inattention à la dernière seconde du combat qui lui faisait rater la finale : « je remporte ma poule, j’ai de bonnes sensations, je retrouve l’ambiance des compétitions avec les arbitres. C’est quelque chose qui m’avait manqué et cela fait très plaisir ».

Denis Boulanger - FFK

Plateau très relevé chez les hommes

Pas moins de 2 champions du monde en titre étaient en lice chez les hommes : Steven Da Costa en -67kg et le croate Ivan Kvesic en -84kg. Pour son retour à la compétition, Steven Da Costa maîtrisait son sujet de bout en bout : un premier combat remporté 8-0 en moins de deux minutes pour finir sur une victoire en finale face à son compatriote Marvin Garin (2-0). « L’objectif, c’est toujours de gagner, peu importe que ce soit un test-match amical ou une compétition officielle, nous explique le pensionnaire de l’AAS Sarcelles. Mais aujourd’hui, comme tous je pense, nous étions aussi à la recherche de sensations pour savoir quoi travailler dans les prochaines semaines ».

Le champion du monde croate quant à lui, a dû batailler tout au long de la journée face aux différents français croisés sur sa route : tombeur de Mehdi Filali en poule (1-0), il arrache son ticket pour la finale d’une courte tête face en Kenji Grillon (2-1). En finale justement, il devra encore s’employer pour s’imposer devant Jessie Da Costa (4-2), l’autre belle surprise du week-end. De retour à son meilleur niveau après de longs mois de convalescence, il était satisfait de sa rentrée : « Je suis content de ma reprise, surtout de retrouver un format où tout le monde veut gagner et où les coups sont plus durs ».

Le dernier français à s’être mis en évidence, Raybak Abdesselem, est passé par toutes les émotions. D’abord victorieux haut la main lors de ses premières rencontres en -75kg, il a dû s’employer pour parvenir en finale, qu’il a remporté sur décision des juges aux drapeaux. Le numéro 1 mondial junior se projetait déjà : « J’étais venu ici pour retrouver des sensations et cela m’a permis de voir qu’il reste encore plusieurs choses à régler ».

Denis Boulanger - FFK

« Ceux qui ont osé ont remporté des combats »

Ces confrontations auront donc permis au clan français de se jauger par rapport à ses homologues étrangers : « tout le monde est dans cette logique de retrouver la compétition et ses automatismes, nous sommes tous sur le même pied d’égalité aujourd’hui » constate Yann Baillon, Directeur des Equipes de France. Même si le résultat n’est jamais anecdotique, l’important ce week-end était de retrouver cette ambiance si particulière de « compétition », tout en prenant des initiatives pour poursuivre le travail technique et physique. D’ailleurs, « ceux qui ont osé se sont très bien comportés et ont remporté des combats » remarque Olivier Beaudry, entraineur national en combat. Présent à cette occasion, le DTN Gilles Cherdieu était heureux du niveau proposé et se projetait sur la suite : « ce genre d’événements, c’est quelque chose que nous devons garder en tête pour la suite pour nous permettre de faire le point sur les joutes à venir ».

Place désormais au retour des Premier League avec le K1 de Lisbonne en avril, les Championnats d’Europe senior à Porec (Croatie) en mai puis le Tournoi de Qualification Olympique en juin organisé à Paris avant de se projeter sur le grand événement de l’année : les Jeux Olympiques de Tokyo (5-6-7 août).