keyboard_arrow_up
Jeux Olympiques de Tokyo
Denis Boulanger / FFK
Brève
Publié le : 01/05/2021

Et de cinq qui font sept !

Kenji Grillon, Farouk Abdesselem, Mehdi Filali, Leïla Heurtault et Alizée Agier auront l’opportunité d’aller chercher le bronze demain.

Si seul Steven Da Costa défendra les couleurs françaises demain en finale des -67kg, les six combats pour le bronze qui concerneront des Français à l’Altice Arena de Lisbonne – dans un contexte inédit et à quelques jours des championnats d’Europe, vont sans aucun doute permettre de se situer et de tirer de précieux enseignements.


Chez les filles, après Alexandra Recchia, hier, ce sont la -61kg Leïla Heurtault et la -68kg Alizée Agier 68kg qui se sont frayé un chemin vers ces combats pour le bronze possible du troisième jour. En -61kg, de retour à la compétition internationale après sa longue rééducation au genou, Gwendoline Philippe ne passait pas la triple championne panaméricaine péruvienne Grande, alors que Laura Sivert s’inclinait au 3e tour face à la Canadienne Jumaa, une habituée du circuit. De quoi donner plus de motivation encore à Leïla Heurtault, au coude à coude avec Gwendoline Philippe pour une qualification olympique au yame de cette compétition et qui prend donc l’ascendant ce soir. La Suissesse Hirt, la Suédoise Nilsson (3e des mondiaux juniors 2017), et la Néerlandaise Snel ne faisaient pas le poids face à la Française. Ensuite, moins précise que son adversaire Prekovic en demi-finale, laquelle était visiblement intouchable aujourd’hui, Heurtault prenait la foudre (1-9) de la part de la championne du monde en titre. Frustrant, motivant sans doute aussi pour aller chercher le bronze. Ce sera contre une autre « solide » du circuit, la Japonaise Someya, tombeuse de Léa Avazéri aujourd’hui.
Alexandra Recchia, Leïla Heurtault… et donc Alizée Agier, demain, pour la médaille. La championne du monde 2014 passait la jeune Portugaise Clara puis la Belge Bougrine pour retrouver la Suissesse Elena Quirici en quarts, face à laquelle elle ne trouvait pas de solution dans un combat verrouillé (0-1). Dominatrice de nouveau face à la Slovène Smiljan en finale de repêchages, elle retrouvera l’Égyptienne Abdelaziz, championne du monde juniors 2019 et victorieuse à laK1 d’Istanbul, pour la médaille. Pas facile, mais Alizée Agier sait gagner, alors…

Grillon, Abdesselem et Filali pour le bronze
Chez les masculins, on retiendra les parcours intéressants bien que différents des deux -84kg, Kenji Grillon et Farouk Abdesselem. Le premier, après avoir bien géré d’entrée l’Italien Ciani, médaillé européen juniors 2018, s’inclinait contre le Japonais Araga, champion du monde 2016 (et finaliste en 2014) qui visera l’or chez lui, à Tokyo, dans trois mois. Mais notre champion du monde 2012 restait concentré et percutant en repêchages pour battre le Saoudien Alnashri puis l’Ukrainien Sonnykh. Aller chercher le bronze face au Turc Aktas, triple champion d’Europe et médaillé mondial, sera un challenge des plus intéressants demain après-midi. Le bronze concernera aussi Farouk Abdesselem, auteur d’une belle journée. Vainqueur du Néerlandais Timmermans puis du Marocain, vice champion du monde juniors 2017, Ech-Chaabi, il battait le vice champion du monde seniors 2016 Mammayev 5-4, signe renouvelé d’une montée en puissance. Écartant l’Ukrainien Tsymbal pour se hisser en demi-finale, il s’inclinait nettement face à l’Iranien double médaillé mondial Poorshab, déjà vainqueur à Istanbul il y a quelques semaines. Pas d’or, donc mais une possible troisième médaille en Premier League après celles de Dubaï en 2019 et 2020…
Une médaille qui se présentera aussi demain à Mehdi Filali, qui a dû s’employer en +84kg. L’Ukrainien Buriak battu d’entrée, le Serbe Bitevic, quintuple médaillé européen écarté au tour suivant, c’est le guerrier géorgien Arkania, champion du monde 2014 et 3e lors du K1 d’Istanbul, qui lui barrait la route en quarts. Il réagissait en battant le Hongrois Molnar en repêchages et sera opposé au ténor Iranien Ganjzadeh pour le bronze. Un triple médaillé mondial (en finale des trois dernières éditions dont le titre en 2016), tombeur notamment du Croate Kvesic, l’homme qui avait stoppé plus tôt la journée Dnylson Jacquet.

Les réactions

FFK
FFK
FFK
FFK