keyboard_arrow_up
Jeux Olympiques de Tokyo
Patrick Urvoy
Brève
Publié le : 18/05/2021

Championnats d’Europe, une tradition et des champions emblématiques

Alors que s’ouvrent demain les championnats d’Europe seniors de Porec, en Croatie, quid des stats des Français(e)s dans l’épreuve continentale ? Si l’on fait évidemment dire ce que l’on veut aux statistiques, petit exercice de style pour avoir quelques chiffres clés en tête et mesurer le chemin parcouru.

Qui pour le 160e titre ?

448 médailles individuelles, dont 159 titres… C’est le bilan français aux championnats d’Europe depuis la première édition organisée en 1966 à Paris. Cette année-là, Patrick Baroux l’avait emporté en Open, la seule catégorie alors représentée. La première médaille d’or individuelle et la première par équipes aussi, grâce à la détermination du quatuor Valera-Sauvin-Setrouk-Baroux. Disparu prématurément en 1974 à l’âge de vingt-neuf ans, ce dernier s’est néanmoins succédé à lui-même en 1967, avant que Guy Sauvin, Dominique Valera (1969, 1970 et 1971), Gilbert Gruss, puis Francis Didier, actuel président de la FFKaraté, ne conservent l’or pour la France dans ce toutes catégories, les catégories de poids (-65kg, -75kg, +80kg) ne faisant leur apparition qu’en 1972. Les premières médailles d’or féminines ? Elles remontent à 1982 et les parcours impeccables de Francine Filios (-53kg) et Béarice Joffroy (+60kg) qui l’emportent alors à Göteborg, en Suède.

En kata, c’est l’emblématique Michaël Milon qui restera à jamais le premier champion d’Europe français en 1994 (un titre qu’il conservera sans discontinuer jusqu’en 1997), Myriam Szkudlarek décrochant l’or pour la première fois en 2001 pour les féminines.

La tradition des par équipes

La France, c’est évidemment aussi la culture des par équipes avec des victoires en combat masculin en 1966 donc, mais aussi en 1968, 1969, 1971, 1972, 1974, 1975, 1980, 1981, 1993, 1995, 1996, 1997, 1999, 2000, 2001, 2002, 2013, 2016 et 2017. Soit dix-neuf succès… qui appellent le vingtième ! Une épreuve par équipes que les féminines ont quant à elle remportée pour la première fois en 1991 autour des Belrhiti, Amghar, Legros et Mazurier, puis en 1994, 2000 et 2002 grâce aux Leroy, Fischer, Chéreau et Mécheri, leaders de leur génération.

En kata, l’excellence française amena plus souvent encore l’or dans l’escarcelle tricolore : dès 1983 autour des féminines Gantois, Cirilie, Sarkis, puis encore en 1998, 2000, 2002, 2003, 2004, 2005, 2006 et 2012 ; et de façon interrompue de 1991 à 1997 pour le trio Milon, Riccio, Bardreau, puis en 2006, 2016 et 2017 pour le kata masculin.

Les spécialistes…

Parmi toutes ces médailles, il y a évidemment les spécialistes. Les fers de lance féminines du combat des années 2000, Laurence Fischer, sept fois médaillée en individuel dont cinq fois en or, Nadia Mécheri (six médailles dont trois titres), auront marqué l’histoire. Comme Myriam Szkudlarek en kata, six fois médaillée elle aussi pour deux titres, Sandy Scordo affichant, pour sa part, sept médailles (six en bronze, une en argent). Alexandre Biamonti, désormais entraîneur national, reste de loin le recordman du genre avec neuf titres consécutifs – et dans la même catégorie s’il vous plaît ! – entre 1995 et 2003 et une médaille d’argent (2004)… alors battu par le petit nouveau de la catégorie, un certain Rafael Aghayev… L’Azerbaïdjanais qui ne l’a toutefois pas égalé à ce jour.

Citons aussi, à défaut de tous, le -60kg Damien Dovy, qui a décroché huit médailles dont quatre en or, comme Dominique Valera avant lui. Grands leaders des années 1980, Claudio Pettinella (sept médailles dont trois titres) et Marc Pyrée (six médailles dont trois titres) figurent aussi dans ce classement virtuel des combattants français les plus médaillés… dont il ne faut évidemment pas oublier le technicien Minh Dack. Jamais titré, il a néanmoins décroché onze médailles de bronze et l’accessit de vice-champion d’Europe en 2016. Une longévité exemplaire.

Les derniers héritiers

Avant de raccrocher le karategi Lucie Ignace et Anne-Laure Florentin auront marqué les dernières éditions, tout comme Alexandra Recchia ou le leader masculin Steven Da Costa qui est, pour sa part, en quête d’un troisième titre. Sacré en 2019 pour les derniers championnats d’Europe organisés alors en Espagne, il avait été accompagné sur la plus haute marche par Sophia Bouderbane et par Alizée Agier, à qui il ne manquait alors que ce titre. Alors qui pour 2021 ? Les paris sont lancés.

EN LIVE

Les éliminatoires seront diffusés en live sur la chaîne youtube de la WKF.