keyboard_arrow_up
Jeux Olympiques de Tokyo
Denis Boulanger
Brève
Publié le : 20/05/2021

Tout pour le bronze… en attendant les équipes combat

Alors que la compétition par équipes laisse curieusement la France et le reste des équipes européennes en attente de la reprise de la compétition demain matin – les masculins et les féminines ont passé le premier tour – l’équipe de France sait qu’elle pourra compter ce week-end sur trois combats supplémentaires pour la médaille de bronze.

Steven Da Costa, Alexandra Recchia et l’équipe féminine kata seront en effet au rendez-vous. Pas encore de finale ni d’or possible au soir du deuxième jour donc, les espoirs reposant maintenant sur les équipes combat, mais la promesse de médailles à trois semaines du TQO en France. Steven Da Costa, Alexandra Recchia et l’équipe féminine kata seront en effet au rendez-vous. Pas encore de finale ni d’or possible au soir du deuxième jour donc, les espoirs reposant maintenant sur les équipes combat, mais la promesse de médailles à trois semaines du TQO en France.

Da Costa à réaction

Denis Boulanger

Tenant du titre, Steven Da Costa (-67kg) démarrait parfaitement sa journée dans un combat pas simple contre Jordan Thomas (1-0), passait l’Ukrainien Pak 5-0 mais était battu sur un gros score – guère une habitude pour le champion du monde – par le Russe Plakhutin 8-2. Il se reprenait face au Bosnien Hajdarpasic et rencontrera son « meilleur ennemi », le Turc Burak Uygur qu’il a récemment battu à Lisbonne. Du très haut niveau en perspective.

L’expérience et l’envie

Denis Boulanger

La double championne du monde Alexandre Recchia confirme son retour dans la bagarre pour les médailles après un excellent K1 de Lisbonne. Elle s’imposait ainsi à la Croate Pehar, l’Azerbaïdjanaise Aliyeva et à la Portugaise Rodrigues, avant de céder sur son alter ego turc, Serap Ozekik. Le chassé-croisé continue. Elle sera opposée samedi à l’Italienne Perfetta, médaillée européenne juniors 2012… L’année du premier titre mondiale de Recchia. La micro-machine n’a pas dit son dernier mot.

La belle promesse

Denis Boulanger

Enfin, et c’est l’un des bons signes du jour, on retrouvera aussi en finale, dimanche cette fois, la jeune équipe kata composée de Laetitia Feracci, Louise Frieh et Laura Pieri. Juste sur les talons de l’Italie au 1er tour, les Françaises ont ensuite été devancées… Mais la troisième place est possible pour elles dès leur première participation qui réjouit Ayoub Neghliz, l’objectif des jeunes équipes engagées étant clairement de se projeter sur les mondiaux de fin d’année à Dubaï. « Nous l’avons annoncé, nous souhaitons donner de l’expérience aux filles comme aux garçons, et ils ont su faire quelque chose de ce championnat. Il y a du potentiel et on souhaite que les féminines aillent chercher cette médaille contre l’Allemagne. Elles ont préparé un bon bunkaï qui frappe fort, il faut qu’elles se lâchent. Les garçons (Romain Poisson, Arthur Noël et Sorey Morassi, NDLR) ? Ils n’ont pas démérité aujourd’hui avec un premier tour où ils se sont placés devant les Russes, une équipe médaillée européenne et expérimentée. Après, ils ont fait des erreurs et ont un peu craqué sur le Kanku Sho. Mais on sait où on veut aller et le groupe possède un super état d’esprit.»